logo
Populate the side area with widgets, images, navigation links and whatever else comes to your mind.
18 Northumberland Avenue, London, UK
(+44) 871.075.0336
ouroffice@vangard.com
Follow us

Les TPE/PME et la formation

Les TPE/PME et la formation

Ce qui change pour les TPE/PME

 La révolution numérique entraîne d’importantes mutations du monde du travail. La formation professionnelle est un facteur clé de la stratégie d’adaptation des entreprises aux évolutions technologiques. Confrontées à une compétition croissante, les TPE/PME ont intérêt à miser sur de nouvelles formes d’apprentissage. Celles-ci permettront à chaque salarié de développer de nouvelles compétences et gagner en agilité.

La Réforme de la Formation professionnelle, présentée en mars 2018, renforce les droits des salariés à la formation grâce au nouveau Compte Personnel de Formation (CPF). Auparavant comptabilisé en heures, il sera désormais crédité en euros. Les salariés pourront alors bénéficier de 500 euros par an de formation, plafonné à 5000 euros. Les salariés non qualifiés bénéficieront de 800 euros par an pour changer de catégorie professionnelle. Ce nouveau texte de loi vise l’égalité de l’accès à la formation. Une application mobile dédiée au CPF permettra à chaque salarié de consulter le solde de son compte, de s’inscrire à des formations et de les évaluer.

Le gouvernement souhaite simplifier les démarches administratives : les entreprises devront s’acquitter d’une seule cotisation, collectée par les Urssaf. Une réforme de la gouvernance est également au programme, via la création d’une agence commune, France Compétences. Cette agence sera à la fois en charge de certifier les formations éligibles au CPF et un observatoire des prix des formations. L’accès à la formation professionnelle demeure très inégal en France : seulement 1/3 des salariés dans les TPE y ont accès, contre 2/3 dans les entreprises de plus de 250 salariés. La réforme prévoit donc un système de solidarité des grandes entreprises vers les TPE et les PME pour faciliter l’accès à la formation. Les TPE/PME bénéficieront de la prise en charge de leur plan de formation par un système de mutualisation financière des grandes entreprises.

La réforme encourage l’innovation pédagogique à travers les formations digitales, adaptées aux nouvelles organisations du travail. Les PME et TPE doivent prendre conscience de l’intérêt du digital learning pour former aux pratiques liées à l’intelligence artificielle et à l’automatisation des processus : la mise à niveau doit être une priorité du plan de formation professionnelle.

Les bénéfices pour les TPE/PME

 Le digital learning désigne l’ensemble des outils numériques de formation et d’accompagnement mis au service des apprenants. Souvent confondu avec le e-learning, il va au-delà en intégrant des outils pédagogiques variés tels que les MOOCs, serious games, applications mobiles, entretiens vidéo, classes virtuelles, quizz, documents partagés…

Des salariés mieux formés sont le gage d’une meilleure performance. La plus-value apportée par le digital Learning se concrétise aussi auprès des partenaires qui bénéficient d’une expertise approfondie, contribuant à véhiculer une image positive de l’entreprise. Investir dans la formation revient donc à investir dans le capital humain de l’entreprise. Le digital learning permet de mettre en œuvre plus efficacement des plans stratégiques. Chaque partie-prenante dispose d’une formation personnalisée pour être opérationnelle rapidement. Les savoir-faire se capitalisent et se transmettent entre salariés. La formation contribue aussi à la motivation des employés : le digital Learning s’inscrit dans une démarche gagnant-gagnant de gestion des compétences.

Une offre de formation cohérente est par ailleurs un argument pour recruter des talents. Ces talents auront besoin de nouvelles compétences pour évoluer au sein de l’entreprise. La formation est un élément clé pour limiter le turnover. La possibilité de progression de carrière incite les salariés à rester. Recruter coûte plus cher que former ! Un personnel bien formé requiert moins de supervision et peut travailler en autonomie avec un meilleur rendement à la clé.

Digital Learning et les TPE/PME

 Le digital learning peut se faire en totale autonomie ou accompagné d’un tuteur de formation, et/ou de groupes de collaboration entre apprenants. C’est la garantie d’un apprentissage 2.0 dont le coût est bien moindre que celui des formations classiques en présentiel. Ces formations classiques sont de moins en moins adaptées aux évolutions rapides du monde du travail. Le numérique permet des innovations pédagogiques en résonance avec les nouvelles habitudes de mobilité (appareils nomades) et d’interactions sociales (réseaux sociaux).

Les compétences techniques ne sont pas les seules visées par le digital learning. Les softs skills, comme la prise de parole en public, sont des compétences très recherchées. Le choix du type de formation en digital learning devra se faire en fonction des besoins du salarié : apprentissage de A à Z, perfectionnement ou mise en situation via un serious game. De nouveaux outils sont en développement, comme des applications mobiles permettant le micro-learning : chaque apprenant peut étudier à son rythme à tout moment et n’importe où sur son smartphone, permettant une meilleure gestion du temps et de la performance. Des start-ups misent déjà sur l’intelligence artificielle, les sciences cognitives et le big data pour imaginer les formations innovantes de demain.

Le manque de main d’oeuvre compétente  pourra bientôt ne plus une barrière à l’embauche. Collaboratif, flexible, personnalisable, moins onéreux que le présentiel, permettant l’agilité des salariés, le digital learning présente de nombreux avantages pour les TPE/PME, qui ont tout intérêt à former en interne leurs salariés aux nouvelles compétences clés de la révolution numérique.

La révolution numérique entraîne d’importantes mutations du monde du travail. La formation professionnelle est un facteur clé de la stratégie d’adaptation des entreprises aux évolutions technologiques. Confrontées à une compétition croissante, les TPE/PME ont intérêt à miser sur de nouvelles formes d’apprentissage. Cela pourra permettre à chaque salarié de développer de nouvelles compétences et gagner en agilité.

La Réforme de la Formation Professionnelle, présentée en mars 2018, renforce les droits des salariés à la formation grâce au nouveau Compte Personnel de Formation (CPF). Auparavant comptabilisé en heures, il sera désormais crédité en euros. Les salariés pourront alors bénéficier de 500 euros par an de formation, plafonné à 5000 euros. Les salariés non qualifiés bénéficieront de 800 euros par an pour changer de catégorie professionnelle. Ce nouveau texte de loi vise l’égalité de l’accès à la formation. Une application mobile dédiée au CPF permettra à chaque salarié de consulter le solde de son compte, de s’inscrire à des formations et de les évaluer.

Le gouvernement souhaite simplifier les démarches administratives : les entreprises devront s’acquitter d’une seule cotisation, collectée par les URSSAF. Une réforme de la gouvernance est également au programme, via la création d’une agence commune, France Compétences, qui sera à la fois en charge de certifier les formations éligibles au CPF et un observatoire des prix des formations. L’accès à la formation professionnelle demeure très inégal en France : seulement 1/3 des salariés dans les TPE y ont accès, contre 2/3 dans les entreprises de plus de 250 salariés. La réforme prévoit donc un système de solidarité des grandes entreprises vers les TPE et les PME pour faciliter l’accès à la formation. Les TPE/PME bénéficieront de la prise en charge de leur plan de formation par un système de mutualisation financière des grandes entreprises.

La réforme encourage l’innovation pédagogique à travers les formations digitales, adaptées aux nouvelles organisations du travail. Les PME et TPE doivent prendre conscience de l’intérêt du digital Learning pour former aux pratiques liées à l’intelligence artificielle et à l’automatisation des processus : la mise à niveau doit être une priorité du plan de formation professionnelle.

Les outils numériques pour les TPE/PME

 Le digital Learning désigne l’ensemble des outils numériques de formation et d’accompagnement mis au service des apprenants. Souvent confondu avec le e-Learning, il va au-delà en intégrant des outils pédagogiques variés tels que les MOOCs, Serious Games, applications mobiles, entretiens vidéo, classes virtuelles, Quizz, documents partagés…

Des salariés mieux formés sont le gage d’une meilleure performance. La plus-value apportée par le digital learning se concrétise aussi auprès des partenaires qui bénéficient d’une expertise approfondie, contribuant à véhiculer une image positive de l’entreprise. Investir dans la formation revient donc à investir dans le capital humain de l’entreprise. Le digital learning permet de mettre en œuvre plus efficacement des plans stratégiques : chaque partie-prenante dispose d’une formation personnalisée pour être opérationnelle rapidement. Les savoir-faire se capitalisent et se transmettent entre salariés. La formation contribue aussi à la motivation des employés : le digital learning s’inscrit dans une démarche gagnant-gagnant de gestion des compétences.

Une offre de formation cohérente est par ailleurs un argument pour recruter des talents qui auront besoin de nouvelles compétences pour évoluer au sein de l’entreprise. La formation est un élément clé pour limiter le turnover : la possibilité de progression de carrière incite les salariés à rester. Recruter coûte plus cher que former ! Un personnel bien formé requiert moins de supervision et peut travailler en autonomie avec un meilleur rendement à la clé.

Un plan de formation sur mesure 

 Le digital learning peut se faire en totale autonomie ou accompagné d’un tuteur de formation, et/ou de groupes de collaboration entre apprenants. C’est la garantie d’un apprentissage 2.0 dont le coût est bien moindre que celui des formations classiques en présentiel, de moins en moins adaptées aux évolutions rapides du monde du travail. Le numérique permet des innovations pédagogiques en résonance avec les nouvelles habitudes de mobilité (appareils nomades) et d’interactions sociales (réseaux sociaux).

Les compétences techniques ne sont pas les seules visées par le digital Learning. Les softs skills, comme la prise de parole en public, sont des compétences très recherchées. Le choix du type de formation en digital Learning devra se faire en fonction des besoins du salarié : apprentissage de A à Z, perfectionnement ou mise en situation via un Serious Game. De nouveaux outils sont en développement, comme des applications mobiles permettant le micro-Learning : chaque apprenant peut étudier à son rythme à tout moment et n’importe où sur son smartphone, permettant une meilleure gestion du temps et de la performance. Des start-ups misent déjà sur l’intelligence artificielle, les sciences cognitives et le big data pour imaginer les formations innovantes de demain.

Le manque de main d’oeuvre compétente pourra bientôt ne plus une barrière à l’embauche. Collaboratif, flexible, personnalisable, moins onéreux que le présentiel, permettant l’agilité des salariés, le digital learning présente de nombreux avantages pour les TPE/PME.

Ces TPE / PME ont tout intérêt à former en interne leurs salariés aux nouvelles compétences clés de la révolution numérique.

 

No Comments

Post a Comment